svg
Close
LogoColisee

Colisée, acteur de référence de l’accompagnement et des soins aux personnes âgées en Europe, gère 290 établissements (maisons médicalisées, résidences services seniors, cliniques de réhabilitation et services d’aide à domicile) en France, Belgique, Espagne, Italie et Chine. Colisée emploie plus de 16 400 collaborateurs. « S’engager pour le mieux-vieillir, c’est faire grandir durablement notre société », telle est la raison d’être de Colisée qui a formalisé dans ses statuts sa mission spécifique au service de l’intérêt général à travers l’adoption du statut de « société à mission ».

Pourquoi soutenir le projet Mots et Maux de femmes en faveur de l’élimination de la violence faite aux femmes » ? Nous sommes fiers de soutenir Mots et Maux de femmes car nous sommes persuadés que de notre sens des responsabilités dépend le bien-être de chacun.Cette violence faite aux femmes pourrait nous concerner, concerner nos amies, nos sœurs, nos mères ou nos collaboratrices qui représentent 86 % des équipes Colisée.La violence faite aux femmes ne doit pas être banalisée.Colisée s’engage aux côtés de Mots et Maux de femmes : les mots comme rempart à la violence. En parler pour ne pas oublier.

france banderole logo

Nous sommes une petite imprimerie numérique née en 2008, en même temps que ma fille. Notre développement continuel vers l’impression le plus propre possible a toujours été au centre de nos préoccupations, c’est pourquoi nous avons également créé imprimer-vert.fr (tous les produits de France banderole en version écologique) et iddco.fr (impression personnalisée sur tissus recyclés, écologiques, bios… tous certifiés Oekotex standard 100) pour la fabrication 100 % française de coussins haut de gamme en velours, oreillers et traversins géant, etc. Nous sommes aujourd’hui une équipe d’une petite dizaine de collaborateurs avec un parc machine axé grand format (160 à 320 cm de laize utile) et le plus automatisé possible. Nos valeurs ont toujours été le contentement client au juste prix depuis ces 11 années que nous essayons de mettre à profit chaque jour.

Par pragmatisme, car Aragon disait : « […] l’avenir de l’homme est la femme […] ». En ces temps troubles, les rôles et devoirs des uns et des autres se mêlent et se confondent. Les conjonctures stressantes de ces changements des « ordres établis » dérangent les hommes que nous pouvons être à des niveaux plus ou moins importants. Ajoutez à cela une dose de confinement et boum ! Tout l’apaisement est dans la relativité et la compréhension de l’autre, pas toujours évidente. Cependant, comment accepter que certains, aveuglés par leurs certitudes dictées par 20 000 ans d’évolution (sic) où le mâle est dit « dominant », se permettent de lever la main sur leur égal féminin ? Comment imaginer au XXIe siècle que tous les hommes du monde n’aient toujours pas compris qu’en levant la main sur une femme, ils lèvent la main sur la fille de, la femme de, la mère de, la grand-mère de ? A chaque stade de sa vie, la femme reste l’avenir de l’homme, dans tous les sens du terme. La parole, sans même parler de dialogue, est salvatrice pour les unes. Elle est ainsi libre d’être entendue ou d’écouter et n’en a que plus d’impact sur « les autres ». Voilà pourquoi, à notre niveau, il nous semblait important d’aider les mots et maux de femmes à se faire entendre : pour le bien de l’homme.

FVV

La fédération France Victimes, créée en 1986 sous l’impulsion de Robert Badinter, regroupe 130 associations d’aide aux victimes agréées par le ministère de la Justice, réparties sur tout le territoire français métropolitain et ultramarin. Les principaux objectifs de France Victimes sont : la définition et l’évaluation des missions d’aide aux victimes ; la coordination et le soutien aux associations d’aide aux victimes adhérentes, notamment par la formation ; l’information et la sensibilisation des professionnels et du public à l’aide aux victimes ; la mise à disposition d’outils innovants et de dispositifs d’aide, d’accompagnement et de protection des victimes de violences. Parmi ces dispositifs, Mémo de Vie : Mémo de Vie est une plateforme numérique gratuite et sécurisée pour aider les personnes victimes de violences à prendre conscience et à sortir des violences, notamment en facilitant les démarches judiciaires et sociales. Le dispositif permet d’enregistrer des événements de vie et des émotions (journal intime) au travers d’écrits, photos, vidéos ou témoignages vocaux pour constituer un récit chronologique et horodaté des faits et garder une trace des violences subies (espace de stockage sécurisé). La web-application met aussi à disposition des contacts et une bibliothèque de ressources fiables et simples, pour favoriser le lien avec des services d’écoute, de signalement et d’aide aux victimes. La mission de la Fédération est de promouvoir et développer l’aide et l’assistance aux victimes, les pratiques de médiation et toute autre mesure contribuant à améliorer leur reconnaissance. La vocation est d’apaiser les conflits, de lutter contre l’isolement des victimes et le sentiment d’insécurité. Toutes les personnes qui s’estiment victimes : d’une atteinte à leur personne (violences physiques, sexuelles ou psychologiques, harcèlements, insultes, menaces, usurpations d’identité…), d’une atteinte à leurs biens (cambriolages, abus de confiance, escroqueries…) peuvent avoir recours gratuitement aux services de France Victimes et de son Réseau. Il est ainsi proposé un service d’accueil et d’écoute, de soutien psychologique, d’information sur les droits, d’accompagnement social. Les victimes sont orientées si nécessaire vers des services spécialisés complémentaires. Le Réseau compte aujourd’hui 1 500 professionnels en majorité salariés (accueillants, juristes, psychologues cliniciens, travailleurs sociaux) et dispose de formations fédérales. 300 000 victimes sont accueillies annuellement (hommes, femmes, enfants, seniors), dans l’immédiateté et sur la durée. Les faits peuvent concerner la sphère familiale, publique ou professionnelle (couple, famille, enseignement, lieux publics, travail, loisirs…). Concernant les femmes victimes de violences conjugales, 64 000 femmes victimes dans leur couple ou par leur ex ont été aidées par France Victimes.

Si la fédération France Victimes a choisi de rejoindre le Collectif Mots et Maux de Femmes, c’est tout simplement parce que nous croyons que pour agir sur des questions sociétales, il y a plusieurs médias : l’action, que nos 1 500 intervenants professionnels portent chaque jour auprès des victimes de toutes sortes ; la réflexion et le débat d’idées auxquels nous contribuons lors d’auditions ou de représentations dans des organismes institutionnels et associatifs, et puis l’art et tous les objets culturels que nous pensons essentiels pour sensibiliser, ouvrir les esprits, « attraper » chacune et chacun là où il se trouve, dans une émotion simple ou complexe qui interpelle. De plus, les violences faites aux femmes sont un sujet qui touche particulièrement la société, et qu’il faut pouvoir identifier, connaître, reconnaître dans l’ensemble de ses facettes. Parce que Mots et Maux de Femmes mêle des personnalités féminines connues et anonymes, dans un collectif qui nous manque souvent quand l’individu est face à sa douleur et à sa souffrance, la fédération France Victimes a reconnu ses valeurs d’empathie et d’humanité pour faire en sorte que toutes et tous, là où nous nous trouvons, nous soyons mis.e.s devant ces mots et ces maux de femmes qui heurtent, qui choquent parfois. Il est tellement important de les voir, de les lire, de les regarder afin que toute la société se mobilise contre ces violences faites aux femmes. Enfin, nous avons été touchés par cette démarche plurielle autour de mots et de photographies, d’une pédagogie qui donnera à connaître les violences conjugales autour des 4 phases de ce cycle : la tension, la crise, la justification et la réconciliation, et offrira des clés sur le thème de « l’emprise ». Après la création d’une culture professionnelle de l’aide aux victimes, il nous faut tenter de toucher chaque être humain pour le faire parvenir à une culture commune et citoyenne de l’aide aux personnes victimes.

LogoInfoPresse 3

Le rôle d’INFO PRESSE Education est de promouvoir la presse à tarif réduit auprès des étudiants dans les universités et les grandes écoles, faire découvrir le média presse écrite à des jeunes qui aujourd’hui utilisent souvent exclusivement les réseaux sociaux comme moyen d’information. Notre rôle est d’autant plus important que ces dernières années les jeunes sont trop souvent confrontés aux fake-news et/ ou théories du complot. En nous accordant un droit de présence au sein des universités, chaque Président d’université nous permet d’assurer pleinement notre mission de diffusion de la presse, du savoir et des connaissances auprès des étudiants. (Pas de liberté de la presse sans liberté de distribution.) Ces derniers sont toujours ravis de découvrir les nombreux titres et nouveautés que nous proposons, de pouvoir les feuilleter, d’écouter nos suggestions personnalisées sur chaque revue, suggestions que nous apportons en fonction des parcours des étudiants. L’activité d’INFO PRESSE Education est une activité complémentaire du service public, répondant au besoin direct des étudiants et des enseignants. INFO PRESSE EDUCATION diffuse aussi bien des titres des éditeurs privés (Lexis Nexis, Info Pro, Sciences Humaines, …) que des éditeurs publics (La Documentation Française, marque de la Direction de l’information légale et administrative [DILA], reconnue pour son rôle majeur dans l’édition publique française). Chaque année INFO-PRESSE embauche plus de 150 étudiants issus des universités avec lesquelles nous sommes en partenariat, afin de leur donner la possibilité d’accéder à un job étudiant (temps partiel) durant l’année et à des stages de 4 à 6 mois. Ceux-ci sont très enthousiastes quant à la possibilité d’avoir une formation sur le média Presse.

En étant sur le terrain, nous avons malheureusement constaté une augmentation sensible des violences, notamment sexistes et sexuelles en milieu étudiant, depuis 2010. Les jeunes étudiantes sont plus exposées aux violences sexuelles et elles sont à la merci d’enjeux de pouvoirs de toutes sortes, ce qui les rend particulièrement vulnérables. Ces violences, si elles résultent souvent de « l’effet de groupe », de la consommation excessive d’alcool dans les soirées étudiantes, de l’impunité de certains au cours de week-end d’intégration résultent également du manque d’éducation des étudiants. Nous sommes convaincus qu’il faut faire de la prévention pour éradiquer tous les types de violences faites aux femmes. Chaque campagne de prévention contre la violence faites aux femmes favorisera la prise de conscience et le changement des comportements. Pour INFO-PRESSE Education, le projet Mots et Maux de femmes est une action forte d’information et de prévention pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes que nous allons relayer auprès de tous les étudiants que nous allons rencontrer dans les universités et écoles.

LogoLedByHer
« Je vis avec mes problèmes et je repars avec des solutions » (Hawa Djire – Promotion 2017) L’association Led by HER, c’est avant tout une communauté bienveillante dans laquelle chaque femme se reconstruit en s’acceptant et en reprenant confiance par le biais de l’entrepreneuriat, mais aussi de la solidarité et de l’entraide. Adapté aux besoins des femmes victimes de violences, le programme d’accompagnement de Led by HER permet aux femmes de développer leur projet professionnel tout en travaillant sur les freins limitant leur évolution personnelle et professionnelle. L’entrepreneuriat est un moyen d’accompagner ces femmes dans la reprise du leadership de leur vie et l’acquisition de nouvelles compétences, tout en leur ouvrant l’accès à l’autonomie financière et l’indépendance dans la vie. Le programme est constitué d’un corpus d’enseignements théoriques commun donnant les clés pour la création d’entreprise (marketing, gestion financière, stratégie de communication…) complété par des cours facultatifs en fonction des besoins spécifiques de chaque porteuse de projets, mis en place afin de les accompagner dans la voie de l’entrepreneuriat et de leur reconstruction personnelle et professionnelle. La combinaison de ces enseignements permet de stimuler la créativité et d’insuffler une force prospective aux porteuses de projet.
Le projet d’exposition « Mots et Maux de femmes » dénonce les violences faites aux femmes. Led by HER accompagne les femmes qui dénoncent ces violences et s’en libèrent. La cohérence est juste tant elle est poignante : rejoindre votre projet est une belle passerelle pour donner la voix à celles qui choisissent leur voie. Rejoindre ce projet est le point de rendez-vous pour donner la parole à des femmes qui sauront mettre des mots sur la complexité mais aussi la force de solidarité qui les relie, afin de dénoncer les violences faites aux femmes et de narrer leur chemin vers une vie sans danger, mais surtout libre. Dans un élan d’engagement, mais aussi de bienveillance et de protection à l’égard de tous.tes ceux.lles qui ont besoin d’aide, donnons-nous la main et faisons vivre ensemble ce projet dont l’image est porteuse d’espoir et de force.
LogoLesMaltraitances 2

Femme et artiste libre, Nathalie Cougny fait bouger les lignes et éveille les consciences à sa façon. En 2009, elle s’engage dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Nathalie porte la voix des femmes victimes à travers ses livres et les événements auxquels elle participe ou qu’elle organise : conférence/débat, journée au profit d’associations, intervention en lycée, clip, écriture d’un documentaire, albums jeunesse. Nathalie Cougny soutient également un grand nombre de femmes dans leur reconstruction. Elle fait des rencontres marquantes comme avec Marie-France Casalis, porte-parole du Collectif féministe contre le viol, ou Boris Cyrulnik avec qui elle aura plusieurs entretiens. Elle fait des investigations en maison d’arrêt et auprès de psychiatres pour travailler sur le phénomène d’emprise, l’engrenage des violences, les violences sexuelles et la reconstruction… Après 10 ans de travail sur les violences faites aux femmes, elle s’oriente vers les violences sur les mineurs. En effet, parmi les très nombreux témoignages recueillis ou avec les femmes qui viennent se confier à elle encore aujourd’hui, un grand nombre a subi des violences sexuelles étant enfant. De plus, sa mère ayant subi l’inceste, elle connait très bien les différents et nombreux impacts de ce fléau. C’est pourquoi Nathalie Cougny décide en 2018 de se consacrer à la protection de l’enfance en devenant d’abord membre de l’association StopVEO, enfance sans violences. Elle lance une pétition soutenue par de nombreux professionnels de l’enfance et personnalités, produit ensuite des clips à destination du grand public repris sur la plateforme Lumni de France Télévisions, monte un projet qu’elle présente au ministère de l’Éducation nationale, rencontre des acteurs forts de cette cause, fait des conférences pour adultes, des tribunes et interviews. Après deux interventions auprès d’enfants à Nice et en région parisienne en tant qu’indépendante, elle décide de créer en 2020 l’association « Les maltraitances, moi j’en parle ! ». Ainsi, avec une équipe expérimentée, elle va à la rencontre des jeunes dans les écoles et collèges pour les sensibiliser sur ce sujet et former les enseignants et personnes travaillant avec des enfants. La prévention est au cœur de ses actions, car les enfants doivent connaître l’existence des maltraitances pour pouvoir s’en protéger et en parler librement. « Les maltraitances, moi j’en parle ! » est une association loi 1901, nationale, apolitique et non confessionnelle qui a pour buts : – d’intervenir dans les établissements scolaires afin de sensibiliser les enfants aux différentes formes de maltraitance, y compris sexuelle, les reconnaître, s’en protéger et pouvoir en parler ; – de former les enseignants, le personnel encadrant et toutes personnes travaillant avec des enfants ; – de promouvoir la non-violence sur les enfants à travers des campagnes de sensibilisation sur différents supports (écrits, visuels, télévisuels, web).

Marraine du projet « Mots et maux de femmes », Nathalie Cougny et son association « Les maltraitances, moi j’en parle ! » sont partenaires de l’expographie afin de communiquer sur les 4 phases du cycle des violences. « Nous sommes très fiers de porter, avec le collectif, ce puissant message artistique pour l’élimination des violences envers les femmes. Rendre visible pour ne plus fermer les yeux. Merci Stéphane. »

LogoMii copie
M2i est leader de la formation IT, Digital et Management en France depuis plus de 35 ans. Présent sur toute la France avec plus de 35 agences, M2i Formation accompagne chaque année la montée en compétences de plus de 100 000 apprenants. M2i propose aujourd’hui l’offre la plus qualitative et la plus exhaustive du marché, avec plus de 2 400 cursus certifiants ou diplômants, disponibles sous toutes les modalités éducatives modernes.

Fort de ses valeurs de bienveillance, d’excellence et de respect, c’est tout naturellement que le groupe M2i soutient ce collectif. Fortement impliqué pour favoriser l’accès des femmes aux nouveaux métiers du numérique grâce à la formation, M2i est également impliqué, à travers ses formations, dans la gestion et la résolution des problèmes de harcèlement et de discrimination faits aux femmes. Nous avons tous un devoir d’agir et sommes convaincus que le pragmatisme doit l’emporter : éveiller les consciences est pour le moment la meilleure façon d’alerter nos institutions sur l’urgence à faire avancer les choses.

sherif

Monsherif © fonctionne à partir d’une technologie exclusive qui relie un bouton connecté porté sur soi de façon non visible à une application mobile pour permettre de rassurer, d’alerter, d’enregistrer et d’appeler à l’aide de façon géolocalisée et d’un clic discret ses proches en cas de besoin sans avoir à se saisir de son téléphone. Monsherif © C’est 3 clics pour 4 actions : LE SIMPLE CLIC = LE CLIC PREVENTION Envoi d’un SMS géolocalisé rédigé à l’avance pour rassurer ou informer (> ce qui peut permettre dans les situations de harcèlement par exemple, une intervention AVANT que la situation ne dégénère).   LE DOUBLE CLIC = LE CLIC SECOURS Envoi d’une triple alerte géolocalisée sous forme d’appel, de sms et d’email simultanément jusqu’à 5 personnes. L’alerte invite aux réflexes d’urgence pour mobiliser les secours (par le 17, le 18 ou le 112 ou le 114) et le SMS permet aux destinataires d’entrer en contact immédiatement grâce au lien vidéo fourni afin de coordonner leurs actions de secours. LE CLIC LONG = LE CLIC ALARME OU LE CLIC PREUVE Déclenchement d’une alarme sonore pour attirer l’attention sur soi ou d’un enregistrement. L’accès aux enregistrements est sécurisé et chaque enregistrement peut être transféré par sms, mail, messagerie de son choix à un destinataire, ou encore déposé dans un serveur sécurisé par la blockchain, pour une restitution de preuves infalsifiables et donc incontestables sur le plan judiciaire.  La solution Monsherif © offre un mode opératoire unique, il n’existe aucun autre dispositif qui permet de faire tout cela.

Dans ce monde où la communication résulte d’ivresse de doigts sur les claviers et de captures d’images ou de vidéos éphémères de smartphones, il est indispensable de savoir prendre le temps de poser un regard, une lecture, pour se laisser envahir de ces ressentis qui transcendent à vouloir aider, donner de la voix, du temps ou des moyens pour agir sur une cause aussi grave. Que dire d’autre sinon merci et bravo à ce collectif pour cette initiative inspirante. Soutenir ce projet expographique est une évidence. C’est un honneur d’en être partenaire, car au-delà de la force des liens et de toute cette énergie positive, ce sont des milliers de voix tues que nous faisons hurler dans la France entière pour être entendues.

umanis

Créée en 1990, Umanis est devenue, avec 3 000 collaborateurs répartis sur 5 pays, une des toutes premières ESN (Entreprises de services du numérique) en France. Nous sommes une entreprise innovante et en pleine en expansion qui jouit d’une solide réputation dans les domaines de la Data, du Digital et du Cloud. Présente sur l’ensemble de la chaîne de valeur numérique, nous accompagnons nos clients dans la réussite de leurs projets de transformation. Umanis a lancé en 2019 un programme de mécénat de compétences baptisé « Cœur Umanis » qui offre la possibilité aux collaborateurs de réaliser, partout en France, des actions d’intérêt général, au service d’associations, sur leur temps de travail. Une aide appréciée et plus que bienvenue pour les associations qui en tirent des bénéfices immédiats et concrets.

Nous sommes particulièrement fiers de soutenir le collectif « Mots et Maux de femmes ». Lorsque Stéphane, collaborateur Umanis très impliqué dans le collectif, nous a présenté le projet, il nous est apparu naturel de lui proposer notre soutien en sponsorisant deux gares hôtes pour les expographies. Trop souvent évitée car jugée tabou, la lutte contre les violences faites aux femmes doit devenir une cause nationale et il est de notre devoir en tant qu’Entreprise responsable de prendre part à ce combat.